Programme journée d’étude

Réalisation affiche : Anne Lacherez


L’œuvre et les institutions

Journée d’étude pluridisciplinaire ouverte à tous et à toutes, organisée dans le cadre du séminaire d’Histoire Culturelle d’HisTeMé (2018-2019)
Vendredi 9 novembre 2018, Salle des Actes, MRSH.

9h30 – Accueil
9h45 – Introduction – Léa Goret et Emmanuelle Thiébot
 
Session 1 : L’œuvre à l’épreuve des institutions étatiques

10h – « Vers un cinéma d’État dans la France de l’après-guerre ?
Le cas du projet du Printemps de la liberté de Jean Grémillon (1947-1948) »
Lucile Marault
Université Bordeaux-Montaigne

10h35 –  « Les traductions de Louis Aragon et André Breton mises en examen : étude des dossiers de censure à la fin du franquisme (1964-1975) »
Marian Panchon Hidalgo
Université Toulouse – Jean Jaurès / Université de Salamanque (Espagne).
 
Session 2 : Stratégies de contournement et compromis avec les institutions
 
11h25 « Art du détournement et la censure artistique iranienne »
Yassaman Khajehi
Université Clermont Auvergne
 
12h – « Jouer avec l’USIA – Quand l’artiste instrumentalise la propagande »
Thomas Horeau
Université Paris VIII – EA 1573 : Scènes du monde, création, savoirs critiques.
 
Session 3 : S’émanciper des institutions ?
 
14h30 – « Ponge et l’aventure Action »
Pauline Flepp
Université Paris IV Sorbonne
 
15h05 – « Le Rap algérien, d’une révolution culturelle à une autre »
Luc Chauvin
Institut Universitaire Européen
 
15h40 – « Contraintes et dépendances dans le cinéma indépendant chinois (XXIe siècle) »
Flora Lichaa
Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine – EHESS-CNRS
 
16h15Conclusion de la journée et discussions

Le conflit israélo-palestinien au Carnaval de Granville [publication]

Source : Au fil de la Normandie, Colombelles, Socropresse, numéro 24, Hiver 2009, p.79.

Cette photo a été prise par Thierry Seni au Carnaval de Granville, le samedi 21 février 2009, et publiée dans un magazine régional trimestriel grand public, Au fil de la Normandie, qui met l’accent sur la photographie – notamment les prises de vue aériennes. On y voit un homme – vraisemblablement le Roi du Carnaval, « Ortie colle » – brandir les clés de la ville que le maire vient de lui remettre, avant la Cavalcade des enfants. Celui-ci porte sur sa tête un foulard palestinien appelé keffieh, et ce simple accessoire donne une toute autre signification à la scène. Les clés constituent un objet symbolique important dans la culture palestinienne : en 1948, des familles fuient la guerre en fermant derrière elles leurs maisons dans lesquelles elles ne retourneront jamais. Ces maisons sont considérées comme abandonnées et redistribuées aux émigrant.e.s et réfugié.e.s juif.ves. Les palestinien.ne.s ont conservé les clés de ces maisons et les transmettent de génération en génération, nourrissant l’espoir d’un droit au retour. Le Roi du Carnaval exprime ainsi sa solidarité alors que, quelques semaines plutôt, entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009, l’état israélien a mené une opération militaire d’envergure sur Gaza, « Plomb Durci », dont le bilan s’élève à 1300 victimes et 5500 blessé.e.s[1].

Cette démonstration spontanée de solidarité avec la Palestine a eu lieu dans le cadre d’un des plus grands Carnavals d’Europe qui tente de garder, malgré son succès grandissant, son caractère populaire.

Thiébot Emmanuelle, Guillemin Pierre et Lamarre Mélisande , « Granville, un des plus importants carnavals d’Europe », in Guillemin Pierre et al. (coord.), Atlas de la Manche. Des polders au pôle d’air, OREP Éditions, pp. 152-153

[1] Voir le Rapport de la Mission d’établissement des faits de l’Organisation des Nations Unies sur le conflit de Gaza (A/HRC/12/48 (ADVANCE 1), 23 septembre 2009), et le résumé de la 6201e séance du Conseil de sécurité de l’ONU : « Moyen-Orient : la volonté politique des parties de parvenir à un accord de paix reste l’éléments essentiel pour un accord final », [disponible en ligne] : https://www.un.org/press/fr/2009/CS9767.doc.htm, consulté le 07/07/18.

Appel à communication

L’œuvre et les institutions

Appel à communicationJournée d’étude du Laboratoire HisTeMé (ex-CRHQ, EA 7455), vendredi 9 novembre 2018.

Les phénomènes artistiques ont suscité l’intérêt de chercheur·se·s de différents champs disciplinaires, « de la philosophie, à la sociologie, à la poétique, à l’esthétique ou à l’histoire » (Aron, Viala, 2006). Ce champ de recherche ne cesse d’approfondir les liens entre l’art et la vie sociale, entre créations individuelles et faits collectifs, mobilisant des approches socio-historique et sémiologique (Lahire, 2016 ; Martin 2016). La figure de l’artiste bohème libre de toute entrave persiste pourtant, et le mythe de l’autonomie de l’art reste largement répandu.

Cette journée d’étude souhaite interroger les rapports des œuvres aux institutions. Inscrite dans un réseau institutionnel (politique, économique, social, culturel), une œuvre d’art peut faire l’objet de contrôle, de censure, de surveillance, mais aussi de valorisation et d’appropriation. Ces transformations peuvent avoir lieu à différents moments : en amont de la production artistique – lorsque les contraintes sont anticipées, pendant son exécution –  si sa forme le permet, ou au cours de sa diffusion. S’il s’agit d’une pratique artistique contrôlée ou surveillée pendant une longue période, par un régime politique donné, il se peut que la pratique elle-même se transforme. Les processus de sélection et de légitimation qui découlent de cette action institutionnelle contribuent in fine à donner forme à « l’œuvre même », et à plus grande échelle à dessiner des formes esthétiques hégémoniques.

L’analyse des relations entre l’œuvre et les institutions oblige ainsi à croiser des méthodologies disciplinaires diverses tirées aussi bien de l’histoire, de la sociologie, que de l’esthétique et la sémiologie. Le corpus théorique attaché à ces problématiques est vaste et demande pour chaque objet à être actualisé. Cette journée d’étude propose de réunir des travaux de jeunes chercheur·se·s engagé·e·s dans un travail d’actualisation de ces problématiques, afin de partager des questionnements méthodologiques et transdisciplinaires. Les interventions porteront sur la période contemporaine jusqu’à l’histoire du temps présent (XIXème jusqu’au XXIème siècle). Elles privilégieront les études de cas de n’importe quelle production artistique (Cinéma, Théâtre, Musique, Danse, Poésie, Littérature, etc.) à travers le monde.

Les deux axes proposés ci-dessous posent des questions d’ordre méthodologique : quels fonds d’archives utiliser pour rendre compte des conséquences d’une pratique censoriale sur une œuvre ou une pratique artistique ? Les modalités de production et de diffusion des œuvres, leur médiatisation et la position de l’artiste peuvent-elles constituer des éléments de compréhension des rapports de l’œuvre aux institutions ?

  1. Surveillance, contrôle, censure. La phase finale – et visible – des procédés de censure ayant cours dans des régimes autoritaire ou démocratique (Durand, 2006) ne permet pas toujours de comprendre les modifications qui découlent de la surveillance d’une pratique artistique, et la façon dont les artistes peuvent s’adapter ou non à ces contrôles. Face à de tels processus, certains artistes peuvent du reste élaborer des stratégies de contournement.
  2. Processus de (dé)légitimation. Absence de censure ne signifie pas absence de contraintes : le marché culturel, les modalités de financement, la multi-positionnalité des artistes et leur réseau d’interconnaissances sont autant de facteurs d’art[i] (Cometti, 2012) qui contribuent à définir les formes esthétiques, leurs conditions d’émergence et de reconnaissance. Ces processus peuvent s’inscrire dans un temps long et distordre le contexte de production des œuvres, ou bien amener une reconnaissance tardive.

Les propositions, d’environ 3000 signes espaces compris, sont à envoyer pour le 30 juin 2018 à l’adresse je.oeuvre.institutions@gmail.com, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique.

Comité d’organisation : Léa Goret et Emmanuelle Thiébot

[i]Les « facteurs d’art » sont des actions et modes d’actions qui s’actualisent dans les dispositifs institutionnels, culturels et sociaux.

————————————————————————————-

Bibliographie indicative

  • Aron Paul, Viala Alain, Sociologie de la littérature, PUF, « Que sais-je ? », 2006,
  • Cometti Jean-Pierre, Art et facteurs d’art, ontologies friables, PUR, 2012.
  • Durand Pascal, La censure invisible, Actes Sud, 2006.
  • Lahire Bernard, « Pour une sociologie de la littérature », Idées économiques et sociales, 2016/4.
  • Martin Laurent (dir.), Les censures dans le monde XIXe – XXe siècle, PUR, 2016.

Comité scientifique

  • Myriam Juan – Université de Caen Normandie (LASLAR, EA 4652)
  • Yassaman Khajehi – Université de Clermont Auvergne (CHEC, EA 1001)
  • Melisande Leventopoulos – Université de Paris 8 (ESTCA, EA 2032)
  • Chantal Meyer-Plantureux – Université de Caen Normandie (HisTeMé, ex-CRHQ, EA 7455)
  • François Rouquet – Université de Caen (HisTeMé, ex-CRHQ, EA 7455)

 

Les théâtres du conflit israélo-palestinien en France (1991-2017) : Méthodes et premiers résultats quantitatifs

Cette première présentation de notre travail de recherche a fait l’objet d’une communication lors des assises du laboratoire de recherche HisTeMé (Histoire Territoires Mémoire, anciennement CRHQ) le 1er décembre 2017. La version ci-dessous est remaniée.

Nous avons entamé en 2014 un recensement de productions théâtrales et scéniques sur le thème du conflit israélo-palestinien en France. Cette recherche trouve son origine dans une pièce de théâtre de Laurent Gaudé dédiée au peuple palestinien – Caillasses[i] – à laquelle nous avons assisté au Théâtre du Peuple de Bussang à l’été 2012, dans une mise en scène de Vincent Goethals[ii]. Cette pièce a fait l’objet d’une étude approfondie ainsi que Les Monologues de Gaza[iii] publiée en 2013, produite à Gaza au cours d’ateliers d’art-thérapie, et parvenue en France grâce à une campagne de financements participatifs, via des réseaux militants et/ou associatifs. Cette étude comparative[iv] confrontait non seulement deux genres dramatiques très différents, mais surtout deux pratiques théâtrales opposées dans leurs contextes de production, de diffusion et de médiatisation. Ce travail a été l’occasion de poser les bases d’une réflexion pour une approche thématique du conflit israélo-palestinien sur les scènes françaises, et sur la méthodologie à mettre en place pour recenser le plus grand nombre d’œuvres et productions théâtrales et scéniques. Sur quelles bases de données et sources s’appuyer ? Comment retracer le processus de création de ces pièces de théâtre ? Sur quels critères inclure ou exclure une œuvre de ce recensement ?

Nous avons réalisé parallèlement deux enquêtes : sur le terrain et dans des bases de données déjà constituées. Nous avons enquêté dans plusieurs réseaux : institutionnels, associatifs, militants, amateurs ou en milieu scolaire – ces derniers sont sous-représentés en l’absence de sources centralisées. Les informations proviennent de ce que les compagnies interrogées, intervenant en milieu scolaire, ont pu fournir. Nous avons également effectué un état des lieux à partir de plusieurs bases de données en ligne dont celle du Centre National du Théâtre – aujourd’hui ARTCENA – qui a débuté son indexation en 1993, et le site internet Les archives du spectacle consacré aux arts de la scène, mis en ligne en mars 2007 – ce recensement est rétroactif. Les données ont été croisées et vérifiées auprès de plusieurs sites institutionnels (BNF, Festival d’Avignon, etc.). Ces informations en ligne, les fonds d’archives repérés, et le travail de terrain ont été nécessaires pour parvenir à un recensement représentatif de la diversité des pratiques théâtrales. Il s’agissait de constituer une base de données sans préjuger de la qualité ou de la légitimité des œuvres théâtrales et scéniques avant de sélectionner un corpus à traiter.

Ce recensement large n’est pas exhaustif, notamment parce que les données sur les spectacles ayant lieu dans les réseaux militants sont difficilement accessibles – certaines organisations négligent la conservation de prospectus et de tracts – et les pratiques amateurs ou en milieu scolaire laissent peu de traces, voire aucune. La multiplication des petites structures et compagnies, depuis le début des années 2000, et la festivalisation des pratiques culturelles expliquent aussi les difficultés. Une partie des données est issue exclusivement d’un travail de terrain et d’entretiens réalisés auprès de compagnies.

Nous avons pu recenser 246 productions scéniques de 1954 à nos jours, ainsi que 46 pièces de théâtres éditées, 15 manuscrits ou tapuscrits[v]. 21 romans, contes, nouvelles ou recueils de poésie ont été adaptés pour la scène. Le recensement prend de l’ampleur au début des années 1990[vi] marquée par des événements politiques en Israël et en Palestine, et des transformations idéologiques majeures qui se répercutent dans le champ artistique et le monde du théâtre en France[vii]. C’est pourquoi le graphique ci-dessous circonscrit la période étudiée de 1991 à nos jours – en 1991 Alain Milianti signe la première mise en scène de Quatre heures à Chatila de Jean Genet, au Théâtre du Volcan au Havre.

La première intifada, ou guerre des pierres, débute en 1987. Ce soulèvement populaire des Palestiniens vivants en territoires occupés est réprimé militairement. L’image des Palestiniens armés de pierres contre les chars de Tsahal est diffusée à l’international. Un grand nombre de structures sociales, dont les écoles, sont fermées durant l’intifada qui s’achève le 13 septembre 1993 avec la signature des accords d’Oslo par le premier ministre israélien, Yitzhak Rabin, et le président de l’OLP – Organisation de Libération de la Palestine – Yasser Arafat. La poignée de main inédite entre les deux hommes a été immortalisée à Washington et a alimenté les espoirs de paix. L’année 1994 est marquée par les premiers attentats-suicide revendiqués par le Hamas sur le sol israélien, dont les images de bus calcinés font le tour du monde ; mais également par le massacre d’Hébron perpétré par Baruch Goldstein, un colon israélien membre d’un parti nationaliste religieux qui assassinat 29 palestiniens en prière et en blessa 129 autres. Il devint un héros pour l’extrême droite dont se revendique Yigal Amir qui assassinat Yitzhak Rabin le 4 novembre 1995 et fut condamné à la perpétuité. Malgré le soutien de la communauté internationale en faveur du processus de paix, ces événements et la montée en puissance du Likoud –  parti politique israélien nationaliste défavorable à la création d’un état palestinien – mettent en difficulté l’application des accords d’Oslo. Ils sont définitivement enterrés après le déclenchement de la seconde intifada le 28 septembre 2000. L’état israélien décide la construction d’un mur de « protection ». Érigé au-delà de la ligne verte de 1967 et morcelant les territoires palestiniens occupés, il entrave davantage la circulation des populations. Sa construction est condamnée par la Cour Internationale de Justice en juillet 2004. L’évacuation des colons israéliens de la bande de Gaza et le désengagement de l’armée de cette zone à l’été 2005 marquent communément la fin de l’intifada.

Un premier traitement quantitatif des données a permis de mettre en avant quelques grandes tendances. Ce graphique présente l’évolution du nombre de productions théâtrales sur le thème du conflit israélo-palestinien en France. Il indique les créations, nouvelles créations ou reprises qui ont lieu chaque année, sachant que le spectacle peut ensuite tourner pendant plusieurs années. Ce graphique donne déjà une idée de la présence de ce thème au théâtre en parallèle des événements politiques et médiatiques. Le thème du conflit israélo-palestinien s’est amplifié depuis l’échec des accords d’Oslo et sa présence sur les scènes françaises est devenue permanente. Cette présence du politique au théâtre ne doit pas être appréhendée de façon uniforme, c’est pourquoi une analyse plus fine de ces données doit permettre de distinguer les différents modes de production et formes théâtrales. Les études de cas qui en découlent s’attachent à étudier non seulement le processus de création, mais également de diffusion et de médiatisation d’une œuvre, interrogeant sa cohérence, ses contradictions, et sa légitimité dans le champ théâtral en France. La question est épineuse car tributaire des événements politiques et médiatiques liés à la question israélo-palestinienne, éminemment polémique[viii]. Il ne s’agit donc pas d’étudier seulement des représentations théâtrales du conflit israélo-palestinien, mais également les productions scéniques dont le processus de création produit un discours sur, ou s’inscrit dans l’actualité du conflit israélo-palestinien.

C’est le cas de Roméo et Juliette, de William Shakespeare, traduite, adaptée et mise en scène en 1994 par Eran Baniel[ix], directeur artistique du Théâtre Khan de Jérusalem-ouest (en Israël), et Fouad Awad, metteur en scène palestinien d’Israël[x] formé à l’Université de Tel-Aviv. George Ibrahim, fondateur d’un réseau d’artistes palestiniens d’Israël et des territoires, et directeur du Théâtre al-Kasaba[xi] « […] qui promeut la coexistence entre Arabes et Juifs[xii]» à Jérusalem-est (Territoires palestiniens occupés) se joint à ce projet. Concrétisé grâce au financement du Festival de Lille[xiii], le spectacle est commandé pour sa 23ème édition sur le thème : le Nouveau Moyen-Orient. La pièce est jouée en arabe – pour le clan des Montaigu – et en hébreu – pour le clan des Capulet. C’est également la langue commune aux personnages lors des scènes qui réunissent les deux clans. Si la pièce de théâtre ne traite donc pas du conflit, la production de l’œuvre en porte la marque.

C’est à la fois par l’étude des œuvres dans leurs contextes de production, de diffusion et de médiatisation qu’il conviendra d’interroger ces représentations théâtrales du conflit israélo-palestinien. Les transferts culturels d’œuvres israéliennes et palestiniennes vers la France permettent une entrée éclairante dans le monde du théâtre à échelle nationale.

___________________________________________________________________________

[i] Laurent Gaudé, Caillasses, Arles, Actes Sud, 2012. Cette pièce ne figure pas sur le site officiel de l’auteur : http://www.laurent-gaude.com/, consulté le 09/01/18.

[ii] Sylvain Pierrel, Caillasses [DVD], spectacle filmé au Théâtre du Peuple de Bussang, Epinal, productions Supermouche, 2012.

[iii] Théâtre Ashtar, Les monologues de Gaza, Paris, éd. L’espace d’un instant, 2013.

[iv] Emmanuelle Thiébot, Enjeux sociaux et politiques des dramaturgies du conflit israélo-palestinien sur les scènes françaises. Construction et déconstruction des figures du palestinien dans Caillasses de Laurent Gaudé et Les Monologues de Gaza du Théâtre Ashtar, Master II, Arts du spectacle, Université de Caen Normandie, juin 2014.

[v] A noter que ces textes écrits pour le théâtre n’ont pas nécessairement donné lieu à une mise en scène.

[vi] Je n’ai pu recenser que 10 productions théâtrales sur le sujet entre 1950 et 1988.

[vii] Voir à ce sujet Bérénice Hamidi-Kim, Les Cités du théâtre politique en France depuis 1989, Montpellier, L’Entretemps, 2013.

[viii] A titre d’exemple, la France et Israël ont été les premiers pays au monde à condamner la campagne de boycott des produits israéliens dite BDS (Boycott-Désinvestissements-Sanctions). Voir à ce sujet : Journal Officiel du Sénat : https://www.senat.fr/questions/base/2014/qSEQ140511536.html, consulté le 09/01/18 ; Bulletin de la Cour de cassation du 20 octobre 2015.

[ix] Considéré comme le « héros du théâtre israélien depuis qu’il a monté, en 1994, Roméo et Juliette avec le Palestinien Fouad Awad » d’après Dominique Frétard, « A Tel-Aviv, Israël danse son histoire et ses contradictions », Le Monde, 24 décembre 1996.

[x] Une autre expression est employée pour désigner les Palestiniens restés en Israël en 1948 : Arabes d’Israël. Le problème de cette expression est qu’elle homogénéise les non-juifs sous une identité « Arabe » pourtant hétérogène et renvoyant à plusieurs religions, croyances ou athéisme, et qu’elle sépare voire oppose les Arabes aux Juifs. Cependant, des communautés juives arabes et arabophones vivaient en Palestine avant la création de l’Etat d’Israël qui a accueilli massivement, dans les années 1950, des juifs séfarades (diaspora issue de la péninsule ibérique et exilée, à partir de 1492, notamment en Afrique du Nord). D’une façon générale, l’opposition Arabe/Juif ne sera donc pas utilisée. Si elle l’est, c’est pour paraphraser les propos d’une personne et non pour adhérer à cette distinction mutilante.

[xi] Ou Masrah Al-Qasaba. Troupe de théâtre fondée par George Ibrahim en 1986 à Jérusalem, puis installée définitivement à Ramallah en 2000.

[xii] Reuven Snir, Palestinian Theatre, Wiesbaden, éd. Reichert, coll. « Literaturen im kontext », vol.20, 2005, p. 172. Traduction personnelle.

[xiii] Festival de musique fondé en 1971 par Maurice Fleuret, il s’est ouvert à d’autres disciplines artistiques, notamment aux arts de la scène, depuis que Brigitte Delannoy en a pris la direction artistique en 1989. Le Festival alloue 600 000 francs au Théâtre Al-Kasaba qui ne peut s’appuyer sur aucune institution palestinienne, tandis que le Théâtre Khan finance le projet sur ses propres fonds tirés notamment des subventions du Ministère de la culture israélien.